Comment vivre avec le RSA en 2013 ? Comment s’en sortir?

Jeudi 4 avril 2013

Comment vivre avec le Revenu de Solidarité Active en France en 2013 ? Le RSA qui est destiné aux individus sans ressources est plafonné à 483,24 € par mois pour une personne seule.

comment vivre au rsa

La prestation est également versée au foyer en complément d’un revenu d’activité jugé trop faible.

S’il peut être cumulé avec d’autres prestations sociales comme l’aide au logement (un forfait logement est quand même déduit du montant du rsa socle), il exclut en revanche les adultes de 18 à 25 ans en dehors de parents isolés et de ceux qui ont déjà travaillé.

Avec l’aggravation de la crise économique et l’augmentation du nombre de chômeurs arrivant en fin de droit, la France devrait connaître une hausse du nombre d’allocataires du RSA. Le RSA est un revenu vital pour vivre mais il ne faut pas oublier qu’il se situe largement en dessous du seuil de pauvreté en France fixé autour de 964 euros par mois.

Pour autant, il ne s’agit pas là d’une solution de confort puisque son montant ne permet pas par exemple de couvrir le budget logement. Car il faut ajouter à la hausse du chômage la bulle immobilière qui est à l’origine de loyers hors de prix.



Comment vivre avec le RSA dans ces conditions ? Joindre les deux bouts sera a fortiori plus complexe pour une personne seule que pour un couple parents de 2 enfants. Dans ce cas, la famille pourra bénéficier d’un RSA socle de 1 014,84 €. Si la problématique du logement est alors écartée, il faut reconnaître que ce montant ne permet pas de subvenir aux besoins d’une famille de 4 personnes. Souvent les personnes au RSA en situation précaire, n’hésitent pas à faire appel au système D : les promotions pour l’alimentation, les achats d’occasion, un budget très serré pour faire les courses…parfois même elles font appel aux associations comme Emmaüs, Les Restos du coeur…

Pour être une véritable solution de secours, le RSA doit-être cumulée avec des prestations familiales et ou une allocation logement. Il peut alors permettre de résister temporairement à une situation difficile mais n’est en aucun cas une solution durable pour ses allocataires. Même s’il est difficile de trouver un emploi à ce jour (période de crise), il est clair que même un petit job payé au SMIC sera mieux que le RSA et surtout beaucoup plus gratifiant. Voir l’article si on peut être heureux en touchant le RSA socle

Tags :

24 commentaires sur “Comment vivre avec le RSA en 2013 ? Comment s’en sortir?”

  1. kall dit :

     » Comment vivre avec le RSA en 2013  »

    Réponse :  » trouver un travail »

    • kari dit :

      Dingue, j’allais écrire la même chose !

      • Bodin dit :

        Mais ma parole vous êtes des fonctionnaire a 100% pour avoir ce genre de dialogue!!! Personne n’est à l’abris d’être au RSA un jour!! Moi même quand j’avais un CDI jamais je n’aurais imaginer me retrouver dans la situation ou je me trouve en ce moment, vivre avec 609 euros par mois, pas bcp d’aide et seule avec ma fille de 15 ans. Ce n’est pas vivre mais survivre que d’être au RSA!!! Quand un employeur vous demande votre age et qu’il vous réponds « mais madame vous n’êtes plus en age de travailler »…vous faites quoi? J’ai 49 ans et ce n’est pas un choix d’être au RSA…donnez moi votre travail et je le prend de suite!!!

        • anonyme dit :

          merci bodin ces vrai moi meme au rsa avec des etudes de comptable et secretaire je n’ai pas choisi d’y etre au rsa seul j’ai 24 ans avec mon fils de 4 ans je survie et ces vrai qu’il y a des abus il devrait faire du tri, moi meme je suis a la recherche d’un emploi et je ne trouve pas, ils ne se prennent meme pas la peine de repondre au candidature ou alor il faudrais avoir le permis mais avec si peut on a du mal a payer le permis et pourtant il y a des aides mais quand je vois des personnes ayant le rsa qui on ces aides et moi je demande et on me dit non alors cas d’autre qui ne recherche meme pas un emploi on leur paye completement le permis svp il y a des fois ces de l’abus dans certain cas je pense qu’il devrait controler et faire du tri dans certain cas il y en a il le merite pas il ne cherche pas et ce la coule paisible et pourtant moi meme je suis au rsa mais je vous dit dans certain cas ces de labus il vive tranquil dans leur maison avec une chambre en plus dont il non meme pas besoin avec plein d’aide et d’autre dans mon cas avec un f2 de meme pas 40m² je laisse la chambre a mon fils je dors dans le canaper et je survie je me prive pour que lui es tout ce dont il a besoin et dire que l’année prochaine ils vont surment baisser l’apl je reve j’ai peur pour l’avenir avant de faire tout ce qu’il conte faire faite du tri dans tous ceu qui touche toute ces aide juste pour ce la couler douce je suis d’accord avec un peu tout vos commentaire mais voila la veriter des chose

          • mimi dit :

            « trouver un travail »… facile à dire… quand t as fait Hec, que t as bossé 10 ans dans un grosse boite, que celle-ci ferme… et que personnes ne veut te reprendre derrière, car trop vieux, trop qualifié, trop diplômé… tu fais quoi ?

            Ce genre de commentaires à 2 balles c’est bon à mettre à la poubelle

  2. Munier dit :

    « Virer les socialistes »

  3. Springsteen dit :

    » Comment vivre avec le RSA en 2013 »

    Réponse : » trouver un travail »

    Très facile à dire .

    Les entreprises ne répondent même plus aux lettres de motivation. les agences intérim ce n’est guère mieux. Ce n’est certainement pas avec des phrases comme cela que les choses bougeront .

    • kari dit :

      Je comprends votre réponse, mais vous savez, il y a tellement d’abus que les gens en ont marre de payer, toujours payer pour les autres….

      Je connais « personnellement » 4 personnes vivant du RSA et je vais vous expliquer comment où et comment ils vivent :

      1er – 55 ans, vit chez sa mère depuis « toujours » dans une très belle villa à Cannes. Comment ? N’a jamais travaillé car pas envie et il le dit, donc a droit au RSA.

      2ème : 42 ans, ne travaille pas, sa femme non plus, ont fait un gamin (ça touche plus, dixit leurs propres mots), vivent dans une résidence de luxe et ne glande rien de la journée.

      3ème : 40 ans, idem 1er cas mais à Paris.

      4ème : 33 ans, papa millionnaire, mais comme ne travaille pas et ne déclare aucun revenu, touche le RSA.

      Tous ces cas ont droit à toutes les aides sociales, à toutes les réductions existantes, les soins gratuits, les transports gratuits, etc… donc comme ils ont tous « gratos », pourquoi s’embêter à se lever le matin ?

      • Bodin dit :

        Personnellement je préfèrerais me lever tous les matins… Effectivement pour ces personnes que vous cités…c’est franchement lamentable!!! Mais pour d’autre ce n’est pas un choix mais malheureusement une obligation!

        • Romarina dit :

          Je partage ce point de vue…C’est scandaleux de profiter de la collectivité !… Mais je pense qu’il est encore plus scandaleux de penser que ceux qui travaillent ne font que d’entretenir les plus pauvres à rester pauvres. La majorité d’entre eux ne l’ont pas choisi….Ils subissent ! En revanche, ceux qui travaillent entretiennent et font la richesse des banques et des plus riches !
          Ces derniers ont vu leurs revenus multiplié par 2 ou 3 en un an…Et nous parlons de millions par an !….

      • Alex dit :

        Mdr Kari !!! elle nous parle des pb de riche apparemment ! parce que et oui c’est scandaleux mais beaucoup le touche vu que ce n’est pas calculé sur les biens ! Aussi, le jour ou les ens comme vous auront compris que le vrai bouc emissaire c’est la politique, le lobby et la finance , à ce moment la on s’en sortira ! malheuresement à l’heure ou il est tout a fait possible de s’informer et au vu de ce genre de comentaires, c’est pas prêt d’arriver ! Moi je suis o rsa et je compte les centimes, je m’y suis retrouvé à cause d’un employeur malveillant : verdict minimum 2 ans de procedure ! vous applez ca une vie vous ???

  4. Bodin dit :

    Tout à fait d’accord avec vous…très facile à dire, mais concrètement effectivement les employeurs ne répondent pas, je suis dans la même situation que vous. Pour les personnes qui ont la bonne critique il faut bien qu’elle se disent que ce n’est pas un choix d’être au RSA et que ces mêmes personnes peuvent également se retrouver dans la même situations que nous…surtout en 2013!!

    • kari dit :

      Malheureusement, pour beaucoup, C’EST un choix ! !

      Et c’est là où il faudrait réformer SÉRIEUSEMENT cette aide qui ne devrait être que temporaire et soumise à des contrôles stricts d’attribution ! ! !

      • kooly dit :

        croyez bien que si pas de rsa c la guerre civil la delinquance va exploser c’est fait pour canaliser les gens ils ont pas le choix.(la politique)

  5. ladykillah dit :

    1 mois de RSA = 1/2 journée de salaire pour un ministre. A ceux qui pensent qu’ils « payent pour les autres »…je crois vraiment qu’ils se trompent « d’autres ». Quand à la légende du « gosse qui fait toucher plus », je vous défie de subvenir aux besoins d’un enfant avec 80€ par mois. Oui bien sûr si on s’en fout qu’on ne le soigne pas, qu’on l’habille avec un sac poubelle découpé, qu’on le nourrit au pain et à l’eau c’est jouable! Et puis faut le faire jouer avec des cailloux aussi pour que ça soit rentable, parce que le moindre pokemon ou la moindre sortie c’est 15€! Enfin bref, faut regarder un peu plus loin que le bout de son nez de temps en temps! Et même en admettant l’existence de « profiteurs » (et non ils ne sont pas « BEAUCOUP »!), si on fait la somme de ce « profit », ça ne reviendra même pas à un centième des défraiements divers de nos chers ministres. Dieu sait que la pauvreté me pèse au quotidien et que je suis usée du système D et des privations de toutes sortes, mais ce qui m’attriste le plus dans ce pays, c’est de loin la pauvreté d’esprit!

    • Bodin dit :

      « La pauvreté d’esprit »…je suis tout a fait d’accord avec vous et c’est bien malheureux de lire certains commentaires!! Il faut vraiment se mettre dans la situation des gens pour comprendre comment certain vive!

  6. Romarina dit :

    Bonjour,
    Bénéficiaire du RSA depuis près de 2 ans, je suis confronté à une situation que certains peuvent connaître et pour laquelle je cherche à recueillir plusieurs témoignages .

    1 – L’administration fiscale considère les salaires d’apprentissage comme étant non-imposables
    (à hauteur de 16 944 €) et n’entrent donc pas en considération dans les revenus du foyer.

    Alors que

    2 – Ces mêmes salaires sont pris en compte, et donc déduits, au prorata, d’un revenu qui est déjà « un laisser pour vivre » , le RSA.

    Pour être un peu plus clair et démontrer, ce qui me paraît être, une injustice :

    Un foyer qui gagne 1500 € et dont l’enfant, apprenti, touche 220 € aura : 1500 + 220, soit 1720 €.
    Il ne paiera des impôts que sur 1500 et ne sera donc pas pénalisé, ce qui, en conséquence, valorise l’apprentissage… Et n’était-ce pas le but ?

    En revanche, un foyer qui perçoit 465 € de RSA et dont l’enfant, apprenti, touche 220 € se verra déduire 80 € par mois, soit 960 € de revenus en moins sur une année, et pour des personnes qui sont déjà dans le besoin. Il leur faudra « vivre » avec, non plus 465, mais 387 €… !
    Ce foyer est donc pénalisé et, indirectement, on peux considérer que les bénéficiaires du RSA sont les seuls à payer des impôts sur les revenus de l’apprentissage !

    Je vous propose d’illustrer cela au travers de ma situation personnelle.

    Je suis seule avec une enfant à charge.

    En octobre 2012 : Je percevais 465,09 € net de la CAF (hors allocations logement), au titre du RSA dont je suis bénéficiaire depuis fin 2011.
    Ma fille terminait son collège pour entrer, au premier septembre 2012, en apprentissage afin de préparer un BAC Pro CGEH (Conduite et Gestion d’une Entreprise Hippique) .
    Depuis, elle perçoit un salaire de 220 €, en moyenne, par mois que je déclare chaque trimestre.

    En décembre 2012 : Son « salaire » étant pris en compte dans les revenus du « foyer », je ne percevais plus que 388, 91 € pour des charges …plus importantes !

    En effet, ma fille est inscrite au CFA D’Alzon prés de Nîmes pour la partie théorique de sa formation ce qui implique des frais d’internat de 963 € pour l’année 2012 / 2013 + des frais de transport en train pour s’y rendre car nous habitons à Perpignan.
    De plus, le seul maître d’apprentissage qu’elle a pu trouver étant à Rambouillet, en région parisienne, cela induit, à nouveau, de nombreux déplacements en train, et donc, des frais en sus.
    Je précise que nous ne pouvons bénéficier des tarifs « RSA » de la SNCF régionale car je ne suis plus au RSA «socle » mais au RSA « d’activité » et ce, précisément, depuis qu’elle est en apprentissage.

    Cela fait donc un an que ses 220 € mensuels passent intégralement dans les trajets, qu’elle prend donc à sa charge :

    Perpignan / Paris – métro et train de banlieue (Rambouillet) – Retour : Paris / Perpignan – Perpignan / Nîmes – CFA D’Alzon – Retour : Nîmes –Perpignan ….. et ce, parfois, au rythme de 2 à 3 fois par mois !……On peux donc y voir une motivation certaine pour la formation qu’elle a choisi !

    Par ailleurs et de mon côté, j’ai fait mon maximum pour honorer le règlement de son internat à hauteur de 600 € sur les 963 €, mais il aura, tout de même fallu que l’Institut D’Alzon m’accorde une aide, exceptionnelle, de 300 € pour clôturer l’année.

    Septembre 2013 : Je perçois, à ce jour, 387,54 € net pour vivre.
    Les frais d’internat pour l’année à venir s’élèvent à 1255 €. (soit 300 € de plus que l’année dernière)
    Les revenus de ma fille vont légèrement augmenter (2ème année d’apprentissage) et vont encore augmenter en mars prochain puisqu’elle aura 18 ans, pour atteindre, environ 500 €.

    En conséquence, lorsque ma fille passera à 500 € de salaire, je ne toucherai plus que 100 € net de RSA pour 45 € de loyer restant à payer, 35 € d’assurance, et… quoi ? …chauffage ? électricité ? alimentation ? ou hygiène ?

    Dois-je en conclure que j’ai le choix entre : Accepter d’être à la charge de ma fille ou lui faire arrêter ses études ?

    Personnellement, je refuse l’un et l’autre, parce que je sais combien il m’a, déjà, été difficile d’accepter d’être à la charge de la collectivité et que ma fille, malgré ce rythme soutenu, reste une excellente élève et maintient un bon niveau scolaire, ce qui reste une de mes priorité.
    Ma situation étant indépendante de ma volonté et parce que je la subis plus que je ne l’ai choisis, je reste combative pour sortir de cette ornière.
    Cependant, je refuse de me résigner à accepter ce qui paraît être une injustice.
    C’est pourquoi, après avoir contacter différentes instances, j’aimerai savoir si certains sont allés plus loin dans leurs démarches, et jusqu’où ?
    Je souhaite réunir un maximum de témoignages pour tenter de faire appliquer la législation fiscale…Y compris pour les bénéficiaires du RSA !
    Cordialement,
    Valérie

  7. anonyme2 dit :

    vivre au rsa c’est avoir sa vie dans la merde et etre plus ou moins isolé socialement selon les cas, pour x ou y raisons la france n’embauche pas tout le monde sinon le rsa n’existerait pas car le rsa est une soupape pour survivre et empecher l’explosion sociale des plus pauvres de ce pays car on peut pas dire que c’est vivre a l’aise de vivre avec moins de 1000 euros par mois a plus d’une personne voir moins de 500e pour les plus extremes et sinon c’est clair comme dit « ladykillah », les plus gros profiteurs du système financier de ce pays sont les politiciens comme dans la majorité des pays,

    qui pourrait se dire heureux avec seulement le rsa et désociabilisé marginalisé parfois sans vie affective ou amicale ?

  8. lesueur dit :

    bonjour je m appel alain je suis au rsa j habite c ma copine peur de la rue

  9. woody dit :

    Bonjour,

    Les gens qui bossent peuvent dire ce qu’ils veulent sur le RSA…Je leur laisse ma place contre leur job, y’a pas de soucis… C’est facile de dire : aller bosser…quand on ne connait rien du parcours des gens. Dans tous les cas, il n’y a personne, aucun groupe, ou parti pour représenter les gens comme nous…à part des asso, il n’y a rien. on nous traite comme des rebus de la société, sur lesquels, les gens qui bossent peuvent cracher leur fiel et là, personne ne gueule contre cette discrimination sociale !!! J’en ai plus que marre d’être prise pour cible dés que des gens  »bien pensant » défoulent leurs frustrations sur les plus précaires !!!! ils feraient mieux d’aller hurler devant l’Elysée et s’en prendre à ceux d’en haut qui coûtent vraiment cher et qui pillent leurs impôt mais là surement qu’ils ont trop la trouille de se retrouver devant des CRS… Si tous les précaires se réunissaient, on aurait une chance de faire entendre notre voix et de ne plus se laissé écraser par cette pression sociale !!!!
    Cordialement à tous et toutes.

  10. Alexander supertramp dit :

    mon expérience a ce sujet : je suis en cdi je touche en moyenne 1500€ depuis plus de trois ans et auparavant j’ai toujours eu cette moyenne . Actuellement à ma charge , 80 € de louer garage. 20€ forfait portable 30 € mensuelle pour la piscine ( sport et douche tout les jours . 30 € mensuelle salle de sport ( tout les jours douche de nouveau :-) et aussi sauna :-) confort car ça ferme a 22 h 7/7 . Ensuite je paie les repas tout les jours chauffer avec mon réchaud et mes bouteilles gaz pour me chauffer ainsi que mon wc chimique . Voilà je vous laisse faire le calcul de ce que je met de côté . Encore un an et je me paye un camion cash que j’emménagerai puis un appart . Donc oui avec largement moins qu’un Rsa on peut ce débrouiller face à la fatalité même si dans mon cas je l’ai choisi :-) . Plus de taxe d’habitation plus d’eau plus d’EDF plus de box plus d’assurance habitation mais garage quand même , plus de voiture non plus . Le ciné j’y vais aussi mais pas au point d’un abonnement . Je préfère la piscine pour roupiller sur une chaise longue dedans l’hiver et dehors l’été. J’attend de lire vos expériences a ce sujet , j’ai pas d’idée miracle mais si ça peut aider ..

Laisser une réponse